Résidence d'écriture à la Maison des Mots

Association "Les mots, l'émotion"

Port-Vendres

Octobre 2019

Thème choisi : "À toute vitesse"

Vite vite plus vite on te dit d’aller. Pas de pause. Pas de temps mort. Pas le temps de mourir. Vite tu dois aller d’un point à un autre vite tu dois écrire parler manger marcher. Vite on te demande de répondre de réserver de confirmer. Vite pour être performant être dedans être dans la course. Vite c’est aussi toi maintenant qui aimes ça car la vitesse c’est vivre plus. Plus fort. Plus intensément. Plus plus plus que les autres. C’est le 100 mètres, le record du monde, les 350km/h d’une Formule 1, le millième de seconde de réaction de ton smartphone. Vite c’est impressionnant. Vite c’est puissant. Vite c’est pratique. Mais vite ça fait mal. Ça perce les bronches. Ça vrille les tempes. Ça ne voit pas tout ; ça loupe des détails. Ça fait des crash. Vite c’est constant, sans répit. Vite ne connaît pas le calme, la sieste, la cabane. Vite ne connaît pas la plage, la forêt. Vite c’est à admirer, à rejeter, à questionner.

dans les dents espèce d’espingouin de mes deux c’est magnifique c’est quasi métaphysique ce qui se passe là on est vraiment dans cette pureté du mouvement cette pureté technique de la vitesse c’est pur alors que Gilles pousse à nouveau comme un fou sur ce circuit que son père et son grand-père avant lui ont bien connu mais sur lequel il débute tout juste attention est-ce déjà le moment de passer aux stands on lui dit dans sa radio que non il peut continuer à pousser

Vendredi 11 octobre : Atelier en EHPAD

Être âgé. Être une personne âgée. Avoir un âge : 94, 83, 79, 86. Avoir peut-être un âge différent dans la tête, dans le cœur, dans les bronches, dans les jambes. Vivre en résidence ce sont des rythmes. C’est une épreuve particulière du temps que je ne connais pas. Je suis jeune et c’est un hasard. Je vais vite car je suis comme ça. Je vais vite sûrement parce que j’ai peur. Je veux m’asseoir à une table avec vous. Discuter de votre rapport au temps. Avant, et maintenant. Savoir ce que c’est pour vous, aller vite. Si tout va trop vite. Si rien ne va assez vite. Ce que c’est aujourd’hui pour vous, la vitesse. Et écrire ensemble des bribes autour de ça, des petits fragments. Des petites choses fragiles posées là un après-midi. Ne pas faire œuvre ; remuer ensemble le temps.

Je

vais

cher

cher

le

pain

j’ai

mis

mes

bas

de

con

ten

tion

Samedi 12 octobre : Atelier tous publics

Prendre ensemble le temps d’une traversée collective. Un jour banalisé, un jour autorisé, un jour excusé, un jour ! C’est énorme. C’est la possibilité de tout essayer, de tout tenter. Un jour ensemble, c’est beaucoup de confiance, de bienveillance, de douceur. Ce jour n’est pas pour les professionnels, les écrivains, les experts reconnus. Ce jour n’est même pas pour les sûrs d’eux. Ce jour est pour vous, enfant, adulte, entre deux, pour vous qui n’écrivez pas, pour vous qui avez peur d’écrire, pour vous qui n’avez jamais écrit. Ce jour est aussi pour vous qui écrivez sans le savoir, qui écrivez sans savoir ce que c’est, qui écrivez sans savoir le montrer. Nous allons prendre le temps d’aller vite. D’écrire vite, sans réfléchir, sans se juger, sans juger. Et puis relire, lire ensemble, partager. Faire des retours, questionner. Voir où tout ça nous mène, ce qu’on fabrique avec. Bricoler une petite forme. Sans avoir peur, parce que c’est juste une invitation. Une invitation à écrire, à dire.

Dites-le moi et dites-le aux 1259 internautes connectés qui vous regardent alors oui ? C’est quoi ? C’est amusant de faire des enfants ? C’est comme faire des petits tours de circuit c’est un jeu ? Vroum vroum vous êtes resté un enfant vous aussi ou quoi ?

Photographies "Les mots, l'émotion"

suivez-moi

© Pauline Picot 2020. Tous droits réservés.

  • Sur f
  • Sur y
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now